association-ilot-moulin-a-vent-tours-nord

association-ilot-moulin-a-vent-tours-nord

Contre le projet CIM Immobilier !!!

Notre association se mobilise contre le projet CIM Immobilier qui consiste à détruire une maison d'habitation typiquement tourangelle située au 4 rue Coix-Montoire pour édifier un ensemble immobilier de 16 logements.


La nouvelle république: Tranchée : des habitants bloquent la construction

118160264_slider.jpg

Un article de la nouvelle république du 10 octobre 2015 résume la situation et présente la décision de la cour d'appel de Nantes qui a donné raison à notre association.

Pour voir l'article, cliquez ici


11/10/2015
0 Poster un commentaire

La nouvelle municipalité donne raison au promoteur !

La Mairie s'appuie sur l'argumentation de cavité37 pour maintenir le 3ème permis de construire.

Cavité37 "reconnait qu'il y a un potentiel d'évolution de la carrière de la Grande Bretèche  mais le terrain d'assiette du projet est située à l'extrémité Nord de la carrière, loin des zones les plus sensibles".

La municipalité en conclut une "absence de risque avéré".

Or, il est de notoriété publique que toute carrière présente des risques d’effondrement élevés !!!

Lorsque le promoteur va creuser un sous-sol complet au dessus de la carrière, aucune garantie n'a été donnée aux riverains pour la protection des maisons situées au dessus de la carrière.

Peut-être espère-t-il que l'effondrement de ces maisons lui permettra de racheter les terrains alentours pour une bouchée de pain et ainsi construire d'autres ensembles immobiliers ?

N'est ce pas la politique menée à Tours Nord et dénoncée par l'association  AQUAVIT37 ?

image002.jpg

 


02/08/2014
0 Poster un commentaire

ASSEMBLEE GENERALE lundi 5 mai 2014

Notre prochaine assemblée générale aura lieu lundi 5 mai 2014 au 3 rue du moulin à vent.

Ordre du jour:

- renouvellement du bureau

- modification des statuts

- pouvoir à donner à un nouvel avocat spécialisé en urbanisme.

- Nouveau permis de construire et poursuite des actions

projetModif.jpg

Le nouveau permis est identique aux deux précédents

PC3.JPG

Les carrières sont toujours là.

PC3 carrieres.JPG

Mais il est toujours question de construire au dessus:

PC3 vue.JPG

Le constructeur garantie toutes les précautions (micropieux) pour éviter l'effondrement de son ouvrage. Mais rien n'est prévu pour éviter l'effondrement des maisons alentour !!!

Nous avons demandé à la nouvelle municipalité de nous recevoir pour lui exposer nos inquiétudes mais nous attendons toujours un rendez-vous...


29/04/2014
0 Poster un commentaire

Rejet de notre requête

Notre requête en annulation du permis de construire a été rejetée le 4 mars par le tribunal administratif d'Orléans. Celui-ci estime que notre demande était recevable mais que le permis est régulier.

Nous n'avons pas encore décidé de la suite à donner à cette décision (appel ou non) mais un possible changement de municipalité nous redonne l'espoir de pouvoir être entendu dans nos revendications, l'ancienne municipalité étant sourde à nos demandes.

Comment continuer à nier les risques liés aux cavités souterraines ?

Un exemple de ce qui pourrait se produire:

114508532_slider.jpg

Il-faut-etudier-le-gruyere-sous-l-ecole-Mermoz_slider.jpg

Partout où elles existent, les carrières posent problème comme en témoigne l'article suivant de la NR: 21/12/2012: il faut étudier le gruyère sous l'école Mermoz

Cavités 37 reconnait que les précipitations de ces derniers mois posent problème: cavités37

Comment accepter le maintient d'un projet immobilier sur des cavités que l'on sait inondées et dont les piliers support ont tendance à s'effondrer ?

La nouvelle municipalité acceptera-t-elle le risque d'effondrement et de perte de vies humaines ?

En tous cas, les riverains feront tout leur possible pour avoir la garantie que ce risque soit pris en compte.

Dans un questionnaire aux différents candidats, l'aquavit a abordé plusieurs sujets concernant l'urbanisme. Plusieurs listes y ont répondu et sont ouvertes au dialogue sauf celle de Jean Germain et celle du FN. C'est tout dire !

Vous trouverez les réponses des candidats en suivant le lien ci-contre: aquavit

 

 


25/03/2014
0 Poster un commentaire

Savez-vous ce qui se trouve sous vos maisons ?

Chez vous, je ne sais pas.

Mais en dessous de chez moi, voici ce qu'il y a:

P1020424_11_1.JPG

P1020422_10_1.JPG

P1020497_31_1.JPG

Et voici un compte rendu guère rassurant (avril 1991) d'une visite spéléologique dans les carrières de la grande Breteche (source: http://topi.pinnuti.pagesperso-orange.fr/cr2011.htm):

Vendredi 1er avril 2011
Spéléo, échanges inter-CDS.

Visite des Carrières de la Grande Bretèche avec le CDS Indre et Loire, Tours.
 

Participants

ITP : Jean-Noël D.
CDS 37 : François G. (président CDS 37 et secrétaire du Spéléo Club de Touraine), Cédric G. (SCT).

 

Photos


De passage en Touraine, ma terre natale, pour une semaine, j’ai décidé de réaliser ce qui me trottait en tête depuis fort longtemps, prendre contact avec les spéléos locaux...

Recherche sur le net pour trouver un téléphone, il y a bien un CDS 37 (http://cds37.free.fr/) et deux clubs actifs, le Spéléo Club de Touraine SCT  (http://sct37.ffspeleo.fr/index.php) et le CRAD ! (Club Résurgences Avens Diaclases).

Pas de réunion de bureau à court terme, elle avait eu lieu la veille, le mercredi soir de 21 h à minuit, mais une sortie de prévue le lendemain matin. Objectif, le contrôle de fissures dans des carrières de pierre de taille. Le S.C.Touraine a en effet passé un partenariat avec le Syndicat des cavités 37, moyennant finances, avec comme mission de surveiller l’évolution de fissuration dans certaines carrières souterraines et d’aider le géomètre dans les zones d’accès difficiles.

En effet, de nombreuses carrières souterraines, pour extraire la pierre de tuffeau, nécessaire à la construction de l’agglomération tourangelle, ont été ouvertes dans les coteaux du bord de Loire...

L’exploitation en galeries souterraines a été la technique d’extraction la plus fréquemment utilisée. En effet, les conditions de travail restent sensiblement les mêmes tout au long de l’année, été comme hiver ! De plus, la couche exploitable étant facilement accessible, la méthode souterraine permettait de sauvegarder les terrains agricoles en surface...

La carrière que nous allons contrôler se trouve à l’intérieur du domaine d’une ancienne congrégation religieuse, la Grande Bretèche, située en bord de Loire au nord de la ville de Tours...

La surveillance du CDS 37 porte sur le plafond de caves situées à l’arrière du domaine et surtout sur les fissurations observées dans la grande carrière souterraine qui s’étend sur plus de 300 m sous le coteau. L’accès à cette carrière se faisait par une entrée « anthropique » à partir d’une des caves mais elle a été obturée suite à un effondrement. Afin de pouvoir effectuer la surveillance de ces carrières, qui ont une tendance naturelle à l’effondrement (la nature a horreur du vide…), un puits d’accès de 13 m a été creusé à partir des jardins du coteau situés au-dessus du domaine.

Reprenons le cours de la sortie. RDV à 9 h dans le parking de la Grande Bretèche...

Il est temps de partir sous terre, on se rend en premier à l’arrière des bâtiments pour la visite de trois caves, contrôle des plafonds, recherche de blocs effondrés et contrôle des fissures. Pour cela ils mettent en place un fissuromètre, petit appareil coulissant en deux dimensions qui permet d’objectiver les déplacements des blocs. Dans une des caves on peut apercevoir l’ancienne entrée de la grande carrière, obturée par un effondrement.

Retour aux véhicules pour récupérer des kits et direction les jardins supérieurs où se situe le P13 donnant accès à la carrière… Petite promenade dans les jardins au milieu des cerisiers en fleurs, les allées goudronnées présentent des fissures que nos amis spéléos contrôlent régulièrement, mais rien ne bouge ! Un tampon en fonte obture le puits d’accès à la carrière...

La visite de cette carrière souterraine est bien dans l’ambiance spéléo. Ramifications de galeries, deux grandes salles de plus de 20 m de diamètre qui sont des trémies d’effondrement avec un plafond à 5-6 m — les jardins sont juste au-dessus —, quelques passages bas où il y a eu des effondrements, et longues galeries de 3 à 4 m de large mais avec un plafond à 1.20-1.50 m qui oblige à progresser quasiment plié en deux — les vieux spéléos arthrosiques souffriraient. Et il ne fait pas froid, 12-13°C.

En fait lors de l’exploitation, la hauteur était d’environ deux mètres mais les déblais de taille restaient sur place et ont comblé une grande partie de la section de la galerie. En paroi et au plafond, quelques fossiles, beaucoup de pinces de crabe, bien conservées. Au passage on note les mesures de fissuromètres et l’état de certains piliers qui n’ont plus d’appui au sol, certaines zones ont ainsi une portée très importante… heureusement que des poids-lourds ne passent pas en surface. Pas de concrétions, le tuffeau ne s’y prête pas du tout.

Au total la carrière s’étend sur plus de 300 m sous le coteau. Ici et là quelques fronts de taille abandonnés, on devine la masse des éléments primaires qui étaient débités, plus de 7 tonnes ! Il ne fallait pas rester à côté lorsqu’il se détachait. Imaginez les conditions de travail, le bruit, la poussière, les manutentions…

En fond de galerie le LAC… une étendue d’eau de 35 cm de profondeur en moyenne, liée à des remontées de la nappe phréatique, on voit d’ailleurs sourdre quelques sources. De la calcite flotte en surface. Bientôt deux heures que l’on crapahute, François doit se rendre dans une zone très basse pour vérifier un fissuromètre. Ayant un impératif horaire, je prends congé de notre collègue tourangeau en lui promettant de l’accueillir à l’Usu corsu, lors de son prochain passage en Corse ; il doit en effet venir cet été. Cédric me ramène vers le puits d’entrée, un beau labyrinthe.Haut de page

Au bilan, pour moi un retour aux sources, une spéléo qui sort de notre pratique habituelle, des spéléos tourangeaux très sympas et accueillants.

 

Ci-dessous le compte rendu de François G réalisé pour son club :

 

CARRIERES DE LA GRANDE BRETECHE

Cave de l’Aumônerie :

Visite de la cave, rien d’anormal à signaler. Pas de blocs ou écailles tombées au sol.

Cave sous Saint-Joseph :

Visite de la cave, rien d’anormal à signaler. Pas de blocs ou écailles tombées au sol.

Cave sous escaliers :

Visite de la cave et de la carrière, rien d’anormal à signaler. Les deux tessons de porcelaine placés en mars 2008 dans deux fissures différentes, comme témoin de fortune (N°1 le premier en allant vers le fond, N°2 le second) n’ont pas bougé. Dans l’amorce de galerie située à droite de l’allée principale, le fissuromètre N°10 mis en place le 11 juin 2010 n’a pas évolué. Dans cette partie de galerie comportant un pilier central sans assise, la portée de la voûte est en moyenne de 18 m. Le géologue intervenu le 13 juillet 2010 a préconisé un confortement à ce niveau, la topographie détaillée de cette galerie a été effectuée par le géomètre du Syndicat des Cavités 37.

Allée des Cerisiers :

Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs sur la fissuration de l’enrobé. Pas d’évolutions particulières constatées, les fissures sont partiellement colmatées par des débris végétaux et de l’herbe et sont partiellement cachées par les pétales des fleurs des cerisiers.

Témoins de fissure de la grange :

Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs sur la fissuration. Pas d’évolutions visibles constatées.

Carrière principale :

Contrôle Salle du pilier Sud-Est :

· Rien d’anormal à signaler. Pas d’écailles tombées au sol.

· Réalisation de photos pour réaliser des comparatifs. Rien d’anormal à signaler.

· Présence d’un petit rhinolophe.

Trémies N°1 et N°2 : Pas de blocs ou écailles tombées au sol.

Contrôles témoins de fissure :

F 23 : Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs. Rien d’anormal à signaler sur deux ans.

F 41 : Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs. Sur les deux dernières années les évolutions du phénomène de cisaillement et d’écartement qui affectent ce fissuromètre ne dépassent pas les 2/10ème de mm. La longueur de la fissure où se situe le fissuromètre mesure environ 9,50m, elle se ramifie ensuite.

F 53 : Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs. Rien d’anormal à signaler sur deux ans.

Niveau d’eau en front de taille : niveau assez bas = 37 cm (tendance à la remontée)


21/12/2013
0 Poster un commentaire

Les risques existent !!!

image002.jpg

image002.jpg

Mais consultez plutôt le rapport complet du BRGM sur la ville de Tours en suivant ce  lien .

Monsieur le Maire ne peut pas ignorer ce risque.

image004.jpg


04/01/2014
0 Poster un commentaire

Notre lutte continue !

Petit résumé des faits:

- Le 25 juillet, en plein cœur de l'été, quelle n'a pas été notre surprise de découvrir un nouveau panneau de permis de construire, jouxtant le précédent permis en litige au tribunal administratif. Le nom du promoteur avait changé: ce n'était plus CIM mais SMC Promotion comme indiqué sur ce site indépendant:

image002.jpg

Dernièrement, la date de livraison a changé: 2016 ?

- Nous ne désarmons pas: nouveau recours auprès de la Municipalité contre de nouveau permis de construire. En parallèle, nous demandons à M Le Maire de nous recevoir pour lui expliquer de vive voix nos inquiétudes par rapport à la présence de cavités souterraines (nombreuses réserves de Cavités37):

demande-rendez-vous-association-moulin-a-vent.pdf

- Nous recevons le 15 octobre un courrier de M Devineau expliquant que la Municipalité ne pouvait nous recevoir: réponse Mairie

- Le 25 novembre, nous avons reçu par l'intermédiaire de notre avocat un courrier signé de M Jean Germain nous signifiant que le recours gracieux était refusé et que nous disposions d'un délai de 2 mois pour introduire un recours contentieux au tribunal administratif d'Orléans.

 

En conséquence, nous avons demandé consultation à notre avocat pour décider de la suite à donner à ce recours et nous cherchons en parallèle à nous rapprocher d'autres associations de quartiers qui connaissent les mêmes difficultés que nous vis à vis de la Mairie.


10/12/2013
1 Poster un commentaire

Oui à la protection du site de la Croix Montoire !

page accueil sitex2011.jpg

Ci-dessous quelques extraits du site: Service Territorial de l'Architecture et du Patrimoine d'Indre-et Loire

 

Les abords de monuments historiques

Le rayon de protection légal autour d'un monument historique est de 500 mètres. Cette protection naît automatiquement dès lors que l'édifice est classé ou inscrit. Dans tout ce rayon toutes les modifications de l'aspect extérieur des immeubles (façades, couvertures) ou les travaux qui modifient les lieux extérieurs (piscines, murs, extension d'un bâtiment) nécessitent l'approbation de l'ABF.
Le périmètre est soumis à une enquête publique conjointement avec le plan local d'urbanisme et est annexé au plan local d'urbanisme.
Les monuments proches les uns des autres voient leur zone de protection se combiner.

 

 

Les sites classés

TOURS

voir SAINT-CYR-SUR-LOIRE (la Péraudière, Sainte-Marie, la Galanderie..)

Jardin du musée de Tours

Partie du quartier de la cathédrale (communauté des Religieuses)

la Croix Montoire, la Grande Bretèche, les Capucins Grand Séminaire, le Grand Beauregard, Beauséjour

 

Le projet immobilier se situe donc dans le périmètre de 2 sites classés:

La Croix Montoire:

sanatorium croix-montoire 2.jpg

ou alors, suivez le lien:

Château de la Croix Montoire

 

et la grande Breteche:

Grande_bretèche_à_Tours.png

 

Comment dans ce cas se dispenser de l'avis de l'architecte des bâtiments de France ?


25/09/2013
0 Poster un commentaire

Nous sommes dans l'impasse !!!

P1020675 rue bois fleuri.JPG

Le dépôt d'un nouveau permis de construire par le promoteur à SMC PROMOTION sur le terrain situé à l'entrée de notre impasse et son acceptation par les services de la mairie de Tours démontre une fois de plus que la libre circulation des riverains n'a pas été prise en compte.

Prenons quelques exemples:

C'était lundi:

P1020663 on sort comment de l'impasse.JPG

Le camion de ramassage des ordures va devoir se faire de plus en plus petit...

P1020660 voirie et travaux.JPG

et quelques minutes plus tard, on ne passait plus:

P1020664.JPG

Quelques jours plus tard... C'était jeudi:

P1020665.JPG

Les véhicules stationnés ont changé mais on ne passe toujours pas. Et personne n'a prévenu les riverains que la seule sortie allait être bloquée.

P1020667.JPG

La rue a été bloquée une bonne partie de l'après-midi. En cas d'urgence, aucune sortie possible !

Et pour le moment, il ne s'agit que du raccordement d'une maison individuelle.

Imaginez ce que ce sera lors de la construction d'un immeuble de 16 logements...

P1020414 on les mettra où.JPG

 

 


08/09/2013
0 Poster un commentaire

Cherchez l'erreur

Observez attentivement la photo ci-dessous et cherchez les différences.

Vous devez en trouver 3.

DSCN2413.JPG

Voilà comment font les promoteurs pour contourner une procédure administrative en cours...

Le permis de construire du mois de septembre 2012 étant contesté, il suffit de déposer un autre permis au nom d'une autre société immobilière (avec le même siège social et le même numéro de téléphone). CIM Promotion devient SMC Promotion. Et la mairie valide...

Réponse: 3 différences: le nom du promoteur et le numéro et la date du permis de construire.

 


25/07/2013
0 Poster un commentaire

Une voirie étroite en cul de sac.

Un exemple de ramassage des ordures rue du moulin à vent à tours nord.
La rue est tellement étroite et en impasse que le camion est obligé de remonter toute la rue en marche arrière. Et encore, c'est un camion plus petit que celui prévu pour les autres rues de Tours.

 

Aujourd'hui, nous sommes 16 riverains. Comment envisager le ramassage des ordures si le projet immobilier se réalise car le nombre de riverains aura alors doublé et nombre de voitures en stationnement aura aussi augmenté ?


16/04/2013
1 Poster un commentaire

NON au projet CIM Immobilier !!!

Notre quartier, implanté sur le coteau de la Loire, est composé principalement de petites maisons individuelles tourangelles. L'une de celles-ci, située à l'entrée de la rue du moulin à vent, doit être détruite.

Un promoteur a racheté le terrain et a déposé un projet immobilier qui a obtenu l'accord du permis de construire. Ce dossier est consultable au service urbanisme de la mairie de Tours.

 

Il s'agit d'une construction de 16 logements qui ne s'intègre pas du tout dans l'environnement.

La maison que le promoteur envisage de détruire se trouve à l'entrée de la rue du Moulin à vent. Elle représente l'âme du quartier.  C'est la maison la plus ancienne du quartier. Elle a été construite au XIX ème siècle (ou peut être au XVIII ème).

Peut-on détruire ainsi un élément de notre patrimoine tourangeau ?

Tous les habitants du quartier sont opposés à sa démolition et nous nous sommes regroupés en association.


08/03/2013
2 Poster un commentaire

Des risques sous-évalués

Nous déplorons que la prise en compte des risques ait été sous-estimé lors de l'acceptation du projet.

En effet, l'immeuble envisagé se trouve sur une zone de cavités souterraines.

Sous le site de la Grande Bretèche et les alentours courent de nombreuses cavités souterraines. Celles-ci correspondent à d'anciennes carrières de pierre dont l’existence a été confirmée par les géologues de cavité37 et par le spéléo-club de Touraine.

D'après les études de la municipalité, les cavités ne s'étendent pas vers le nord de la rue du moulin à vent.

Or, d'après les anciens du quartier, il semblerait que ces galeries communiquaient avec une ancienne décharge se situant en face du 22 bis rue Croix-montoire.

De plus, les habitants du quartier mettent en évidence les nombreuses sources présentes dans le secteur. De nombreuses caves sont inondées lors des périodes de pluie abondantes et ceci est dû à des infiltrations par capillarité. D'ailleurs, le lieu-dit est nommé "les sources".

Chacun s'interroge sur les conséquences de travaux de grande ampleur sur le site, notamment, pour le creusement des parkings sous-terrains.

Que se passerait-il en cas d’effondrement des partielles limitrophes, et particulièrement celles situées au 2 rue du moulin à vent au dessus des carrières ? Qui serait responsable ?

Les coteaux de la Loire sont instables, chacun le sait.Ne prenons pas ce risque !


10/03/2013
0 Poster un commentaire

Intersection de 2 impasses: et la sécurité ?

Le projet se situe à l'intersection de 2 impasses:

- la rue du Moulin à Vent:

 - la rue Croix Montoire:

 

et voilà l'intersection:

 



Cette situation particulière fait que l'accès d'urgence (pompiers, SAMU...) ne peut se faire que par la rue Croix-Montoire. Cette rue est très étroite, notamment devant la résidence du bocage, et les nombreux véhicules en stationnement dans ces rues empêchent 2 véhicules de se croiser.

Nous sommes donc inquiets devant l'arrivée de 16 nouveaux logements, ce qui doublerait le nombre d'habitants de la rue.

De plus, la situation est déjà critique pour le ramassage des ordures ménagères; La municipalité est obligée d'utiliser un camion spécifique car les rues du quartier sont trop étroites. Ce petit camion ne peut faire demi-tour dans la rue du Moulin à vent et doit la remonter en marche arrière dans sa totalité pour pouvoir faire demi-tour. Comment procéder lorsque, avec 16 logements supplémentaires, les voitures garées là où elles trouvent des places très limitées empêcheront des manœuvres déjà compliquées ? Le stationnement est déjà saturé.

De plus, aucune plate-forme n'a été prévue dans les plans pour entreposer les poubelles. Où seront-elles stockées ? sur les trottoirs ? dans la rue ?

De nombreuses questions posées par les riverains restent sans réponse. Ces enjeux sont importants et nécessitent concertation.


08/03/2013
1 Poster un commentaire