association-ilot-moulin-a-vent-tours-nord

association-ilot-moulin-a-vent-tours-nord

L'ilot du moulin à vent au 19ème siècle

Voici l' ilot du moulin à vent tel qu'il apparaissait dans le cadastre de 1911:

903715moulinvent.png

Je dois cette information à un jeune étudiant en histoire de l'art, Guillaume Metayer, passionné par le patrimoine (voir sa page facebook : https://www.facebook.com/histoireetpatrimonedelatouraine

Je le cite:

"Après de rapides recherches, je peux vous dire avec certitude que le nom de la rue provient bien d'un moulin à vent. D'après le cadastre de 1811, il se trouvait au niveau de l'escalier au bout de la rue (http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=903715moulinvent.png )
Pour ce qui est du bâtiment carré près de la maison de retraite que vous présentez sur ce blog comme étant le moulin à vent, il s'agit en fait d'un château d'eau. Il a certainement été construit à la fin du XIXe siècle pour la Croix Montoire."

Merci à lui pour toutes ces précisions.

Si vous disposez d'autres informations ou documents, n'hésitez pas à me les communiquer.


14/04/2016
1 Poster un commentaire

La nouvelle république: Tranchée : des habitants bloquent la construction

118160264_slider.jpg

Un article de la nouvelle république du 10 octobre 2015 résume la situation et présente la décision de la cour d'appel de Nantes qui a donné raison à notre association.

Pour voir l'article, cliquez ici


11/10/2015
0 Poster un commentaire

Pourquoi détruire des maisons de charme pour construire des cubes ?

Rappelez-vous cet article posté il y a presque 2 ans sur ce même blog dans lequel je dénonçais la destruction de plusieurs maisons proches du Christ Roi: Encore, encore et encore...

DSCN2466.JPG

DSCN2469.JPG

Et puis, quelques temps plus tard, les panneaux avaient disparus. Nous les avions cru sauvées.

Jusqu'à aujourd'hui:

DSC_0099.JPG

Voilà ce qu'il en reste !!!

Les cubes poussent à Tours Nord beaucoup plus vite que les jardins publics ou les commerces de proximité.

La stratégie: toujours la même: racheter une maison de ville pour construire à la place un cube sans s'occuper des voisins:

DSC_0103.JPG

DSC_0102.JPG

DSC_0104.JPG

Et puis bien sûr, les voisins qui se retrouvent avec un mur en béton face à leur fenêtre cherchent à vendre (à perte):

DSC_0105.JPG

Les promoteurs peuvent alors en profiter pour s'étendre...

Dans quelques années, restera-t-il encore de jolies maisons à Tours Nord ou n'y aura-t-il plus que des cubes à moitié vides faute d'acheteurs ?

Restera-t-il encore un peu de verdure au nord de la Loire car tous ces cubes sont bâtis au raz du trottoir ?

Est-ce la volonté de la municipalité de laisser faire cela sans réagir ?

En tous cas, notre association ainsi que d'autres comme Pitrichacha continuent à se battre pour préserver notre cadre de vie et éviter d'imposer aux habitants de ces quartiers des choix qui ne sont pas les leurs.

 

 


31/07/2015
0 Poster un commentaire

La nouvelle municipalité donne raison au promoteur !

La Mairie s'appuie sur l'argumentation de cavité37 pour maintenir le 3ème permis de construire.

Cavité37 "reconnait qu'il y a un potentiel d'évolution de la carrière de la Grande Bretèche  mais le terrain d'assiette du projet est située à l'extrémité Nord de la carrière, loin des zones les plus sensibles".

La municipalité en conclut une "absence de risque avéré".

Or, il est de notoriété publique que toute carrière présente des risques d’effondrement élevés !!!

Lorsque le promoteur va creuser un sous-sol complet au dessus de la carrière, aucune garantie n'a été donnée aux riverains pour la protection des maisons situées au dessus de la carrière.

Peut-être espère-t-il que l'effondrement de ces maisons lui permettra de racheter les terrains alentours pour une bouchée de pain et ainsi construire d'autres ensembles immobiliers ?

N'est ce pas la politique menée à Tours Nord et dénoncée par l'association  AQUAVIT37 ?

image002.jpg

 


02/08/2014
0 Poster un commentaire

Revue de presse de printemps

Notre assemblée générale du 5 mai a décidé de redoubler d'efforts pour obtenir gain de cause.

Les projets immobilier continuent à défigurer Tours Nord et rendre la vie des riverains extrêmement pénible. La preuve rue François-Hardouin:

Qui accepterait cela ?

Cri-d-alerte-des-habitants-du-quartier-Hardouin_image_article_large.jpg

Un article dans la NR du 7 mai: Cri d'alerte des habitants du quartier Hardouin

De plus, dans notre quartier, nous avons un risque d'effondrement bien réel. Il s'agit maintenant de sensibiliser les élus de la nouvelle municipalité pour ne pas vivre ce genre de mésaventure:

Une rangée de voitures disparait dans un éboulement (vidéo en cliquant sur ce lien)

4000611175831.jpg

 


09/05/2014
0 Poster un commentaire

ASSEMBLEE GENERALE lundi 5 mai 2014

Notre prochaine assemblée générale aura lieu lundi 5 mai 2014 au 3 rue du moulin à vent.

Ordre du jour:

- renouvellement du bureau

- modification des statuts

- pouvoir à donner à un nouvel avocat spécialisé en urbanisme.

- Nouveau permis de construire et poursuite des actions

projetModif.jpg

Le nouveau permis est identique aux deux précédents

PC3.JPG

Les carrières sont toujours là.

PC3 carrieres.JPG

Mais il est toujours question de construire au dessus:

PC3 vue.JPG

Le constructeur garantie toutes les précautions (micropieux) pour éviter l'effondrement de son ouvrage. Mais rien n'est prévu pour éviter l'effondrement des maisons alentour !!!

Nous avons demandé à la nouvelle municipalité de nous recevoir pour lui exposer nos inquiétudes mais nous attendons toujours un rendez-vous...


29/04/2014
0 Poster un commentaire

C'est de l'acharnement !!!

Pourquoi autant d'acharnement à vouloir construire dans une zone à risque ?

3 PC.jpg

Nous en sommes à 3 permis de construire ! Et c'est toujours le même projet !

Le promoteur sait que des cavités se trouvent à l'aplomb du projet mais il continue, sous un nom différent à chaque fois, à déposer des permis de construire que la mairie accepte.

Espérons le changement de municipalité nous permette d'avoir des interlocuteurs davantage à l'écoute pour leur faire part de nos inquiétudes face au risque d'effondrement et notre volonté de préserver ce patrimoine tourangeau.


05/04/2014
0 Poster un commentaire

TOURS Le riverain obtient satisfaction

CIM3.jpg

Un riverain tourangeau qui contestait un arrêté du maire de Tours qui avait délivré en octobre 2012 un permis de construire à l'un de ses voisins vient d'obtenir satisfaction. La commune de Tours a été condamnée à verser à ce requérant 1.000 € au titre des frais de justice.
Celui-ci estimait que ce dossier de permis de construire était incomplet et qu'il comportait des informations erronées. Il considérait également que cet arrêté méconnaissait de nombreux articles du code de l'urbanisme.
Pour annuler cette autorisation, les juges ont considéré que l'accès à la voie publique depuis cette parcelle se fait à l'aide d'une servitude de passage en empruntant un porche d'une largeur de 2,5 m sur la partie de parcelle débouchant sur la voie publique. Ils ont, de ce fait, estimé que, dans ces conditions, le projet litigieux n'était pas conforme au règlement du plan local d'urbanisme.
« La construction implantée sur la parcelle est en co-visibilité et de forme parallélépipédique. Elle comporte une toiture-terrasse et des parements en bois naturel. Le style architectural de cette construction dont la silhouette est qualifiée de " résolument contemporaine " diffère fortement de celui du bâtiment protégé et des bâtiments voisins », ont noté les magistrats.
Dans ces conditions, ils ont considéré que ce requérant était bien fondé à demander l'annulation de l'arrêté municipal par lequel le maire avait délivré ce permis de construire et ils l'ont annulé.

Source article: Nouvelle République du 26/03/2014

Photo rajoutée par mes soins


26/03/2014
0 Poster un commentaire

Rejet de notre requête

Notre requête en annulation du permis de construire a été rejetée le 4 mars par le tribunal administratif d'Orléans. Celui-ci estime que notre demande était recevable mais que le permis est régulier.

Nous n'avons pas encore décidé de la suite à donner à cette décision (appel ou non) mais un possible changement de municipalité nous redonne l'espoir de pouvoir être entendu dans nos revendications, l'ancienne municipalité étant sourde à nos demandes.

Comment continuer à nier les risques liés aux cavités souterraines ?

Un exemple de ce qui pourrait se produire:

114508532_slider.jpg

Il-faut-etudier-le-gruyere-sous-l-ecole-Mermoz_slider.jpg

Partout où elles existent, les carrières posent problème comme en témoigne l'article suivant de la NR: 21/12/2012: il faut étudier le gruyère sous l'école Mermoz

Cavités 37 reconnait que les précipitations de ces derniers mois posent problème: cavités37

Comment accepter le maintient d'un projet immobilier sur des cavités que l'on sait inondées et dont les piliers support ont tendance à s'effondrer ?

La nouvelle municipalité acceptera-t-elle le risque d'effondrement et de perte de vies humaines ?

En tous cas, les riverains feront tout leur possible pour avoir la garantie que ce risque soit pris en compte.

Dans un questionnaire aux différents candidats, l'aquavit a abordé plusieurs sujets concernant l'urbanisme. Plusieurs listes y ont répondu et sont ouvertes au dialogue sauf celle de Jean Germain et celle du FN. C'est tout dire !

Vous trouverez les réponses des candidats en suivant le lien ci-contre: aquavit

 

 


25/03/2014
0 Poster un commentaire

Le risque de glissement de terrain peut être reconnu par le TA

TA ST AVERTIN.JPG


27/03/2014
0 Poster un commentaire

Revue de presse

Quelques articles parus dans les blogs ou sites locaux:

arton247-01d07-b6b9d.jpg

Sur le site "La rotative", un article intitulé: Royer-Germain, le même ras-le-bol

 

Et sur le site "du trash et des baisers", une interview de Rubin Steiner: Municipales à Tours : Rencontre avec Rubin Steiner "J'espère que les Verts ne vont pas se faire avoir"


29/03/2014
0 Poster un commentaire

Assemblée générale Pitrichacha

Dans le cadre de notre soutient à l'association Pitrichacha, nous nous sommes rendus à leur assemblée générale qui s'est tenue Jeudi 30 janvier.

Pitrichacha-contre-la-densification-urbaine_image_article_large.jpg

En suivant ce lien, vous pourrez consulter l'article de la NR: Pitrichacha contre la densification urbaine

 


13/02/2014
0 Poster un commentaire

L'actualité de l'association

logo assoc moulin à vent.jpg

DIMANCHE 2/02/2014: ASSEMBLEE GENERALE A 11H00 au 6 rue du moulin à vent.

 

Recours en contentieux:

L'association, par l'intermédiaire de son avocat, a déposé un recours au tribunal administratif d'Orléans contre le 2ème permis de construire du promoteur SMC PROMOTION. A suivre...

 

Assemblée générale Pitrichacha:

Nous avons assisté en soutient à l'assemblée générale de l'association Pitrichacha (Pilorget-Trianon- Champ Chardon) en présence de M le président du conseil général Frédéric Thomas. Celui-ci a été quelque peu chahuté lorsqu'il a parlé d'écoute de la municipalité et de dialogue avec les associations. La pétition élaborée par Pitrichacha et soutenu par l'association du moulin à vent est toujours proposée à la signature.

 

Suivi des articles du blog:

Le 6 septembre dernier, je dénonçais le projet au 70 avenue Maginot:

DSCN2466.JPG

DSCN2470.JPG

Et aujourd'hui, plus rien !

DSCN2560.JPG

DSCN2559.JPG

Le projet a-t-il été abandonné ?

Ce n'est pas le cas partout:

Rappelez-vous cette photo (article du 18/07/2013 rue Croix Pasquier)

DSCN2400.JPG

Voici ce que c'est devenu:

DSCN2557.JPG

L'aquavit interroge les candidats aux municipales:

Sur son site internet ( lien vers site aquavit), l'aquavit profite des élections municipales pour interroger chacune des listes sur leurs engagements en matière d'environnement et de qualité de la vie. Vous y trouverez une proposition d'aménagement de la place de la tranchée.

Ne baissons pas les bras. Restons mobilisés ! Et renforçons nos alliances (avec Pitrichacha par exemple).

 

 


01/02/2014
0 Poster un commentaire

ASSEMBLEE GENERALE

 

image002.jpg

L'assemblée générale ordinaire de l'association de l’ilot du moulin à vent se tiendra Dimanche 2 Février 2014 à 11h au 6 rue du moulin à vent (siège de l'association).

Ordre du jour:

Le renouvellement des membres du bureau

Le rapport annuel du Trésorier

Le montant des cotisations 2014

Les informations liées à notre procédure de recours

contre le projet immobilier du 4, rue Croix-Montoire

 

VENEZ NOMBREUX !

 


24/01/2014
0 Poster un commentaire

Savez-vous ce qui se trouve sous vos maisons ?

Chez vous, je ne sais pas.

Mais en dessous de chez moi, voici ce qu'il y a:

P1020424_11_1.JPG

P1020422_10_1.JPG

P1020497_31_1.JPG

Et voici un compte rendu guère rassurant (avril 1991) d'une visite spéléologique dans les carrières de la grande Breteche (source: http://topi.pinnuti.pagesperso-orange.fr/cr2011.htm):

Vendredi 1er avril 2011
Spéléo, échanges inter-CDS.

Visite des Carrières de la Grande Bretèche avec le CDS Indre et Loire, Tours.
 

Participants

ITP : Jean-Noël D.
CDS 37 : François G. (président CDS 37 et secrétaire du Spéléo Club de Touraine), Cédric G. (SCT).

 

Photos


De passage en Touraine, ma terre natale, pour une semaine, j’ai décidé de réaliser ce qui me trottait en tête depuis fort longtemps, prendre contact avec les spéléos locaux...

Recherche sur le net pour trouver un téléphone, il y a bien un CDS 37 (http://cds37.free.fr/) et deux clubs actifs, le Spéléo Club de Touraine SCT  (http://sct37.ffspeleo.fr/index.php) et le CRAD ! (Club Résurgences Avens Diaclases).

Pas de réunion de bureau à court terme, elle avait eu lieu la veille, le mercredi soir de 21 h à minuit, mais une sortie de prévue le lendemain matin. Objectif, le contrôle de fissures dans des carrières de pierre de taille. Le S.C.Touraine a en effet passé un partenariat avec le Syndicat des cavités 37, moyennant finances, avec comme mission de surveiller l’évolution de fissuration dans certaines carrières souterraines et d’aider le géomètre dans les zones d’accès difficiles.

En effet, de nombreuses carrières souterraines, pour extraire la pierre de tuffeau, nécessaire à la construction de l’agglomération tourangelle, ont été ouvertes dans les coteaux du bord de Loire...

L’exploitation en galeries souterraines a été la technique d’extraction la plus fréquemment utilisée. En effet, les conditions de travail restent sensiblement les mêmes tout au long de l’année, été comme hiver ! De plus, la couche exploitable étant facilement accessible, la méthode souterraine permettait de sauvegarder les terrains agricoles en surface...

La carrière que nous allons contrôler se trouve à l’intérieur du domaine d’une ancienne congrégation religieuse, la Grande Bretèche, située en bord de Loire au nord de la ville de Tours...

La surveillance du CDS 37 porte sur le plafond de caves situées à l’arrière du domaine et surtout sur les fissurations observées dans la grande carrière souterraine qui s’étend sur plus de 300 m sous le coteau. L’accès à cette carrière se faisait par une entrée « anthropique » à partir d’une des caves mais elle a été obturée suite à un effondrement. Afin de pouvoir effectuer la surveillance de ces carrières, qui ont une tendance naturelle à l’effondrement (la nature a horreur du vide…), un puits d’accès de 13 m a été creusé à partir des jardins du coteau situés au-dessus du domaine.

Reprenons le cours de la sortie. RDV à 9 h dans le parking de la Grande Bretèche...

Il est temps de partir sous terre, on se rend en premier à l’arrière des bâtiments pour la visite de trois caves, contrôle des plafonds, recherche de blocs effondrés et contrôle des fissures. Pour cela ils mettent en place un fissuromètre, petit appareil coulissant en deux dimensions qui permet d’objectiver les déplacements des blocs. Dans une des caves on peut apercevoir l’ancienne entrée de la grande carrière, obturée par un effondrement.

Retour aux véhicules pour récupérer des kits et direction les jardins supérieurs où se situe le P13 donnant accès à la carrière… Petite promenade dans les jardins au milieu des cerisiers en fleurs, les allées goudronnées présentent des fissures que nos amis spéléos contrôlent régulièrement, mais rien ne bouge ! Un tampon en fonte obture le puits d’accès à la carrière...

La visite de cette carrière souterraine est bien dans l’ambiance spéléo. Ramifications de galeries, deux grandes salles de plus de 20 m de diamètre qui sont des trémies d’effondrement avec un plafond à 5-6 m — les jardins sont juste au-dessus —, quelques passages bas où il y a eu des effondrements, et longues galeries de 3 à 4 m de large mais avec un plafond à 1.20-1.50 m qui oblige à progresser quasiment plié en deux — les vieux spéléos arthrosiques souffriraient. Et il ne fait pas froid, 12-13°C.

En fait lors de l’exploitation, la hauteur était d’environ deux mètres mais les déblais de taille restaient sur place et ont comblé une grande partie de la section de la galerie. En paroi et au plafond, quelques fossiles, beaucoup de pinces de crabe, bien conservées. Au passage on note les mesures de fissuromètres et l’état de certains piliers qui n’ont plus d’appui au sol, certaines zones ont ainsi une portée très importante… heureusement que des poids-lourds ne passent pas en surface. Pas de concrétions, le tuffeau ne s’y prête pas du tout.

Au total la carrière s’étend sur plus de 300 m sous le coteau. Ici et là quelques fronts de taille abandonnés, on devine la masse des éléments primaires qui étaient débités, plus de 7 tonnes ! Il ne fallait pas rester à côté lorsqu’il se détachait. Imaginez les conditions de travail, le bruit, la poussière, les manutentions…

En fond de galerie le LAC… une étendue d’eau de 35 cm de profondeur en moyenne, liée à des remontées de la nappe phréatique, on voit d’ailleurs sourdre quelques sources. De la calcite flotte en surface. Bientôt deux heures que l’on crapahute, François doit se rendre dans une zone très basse pour vérifier un fissuromètre. Ayant un impératif horaire, je prends congé de notre collègue tourangeau en lui promettant de l’accueillir à l’Usu corsu, lors de son prochain passage en Corse ; il doit en effet venir cet été. Cédric me ramène vers le puits d’entrée, un beau labyrinthe.Haut de page

Au bilan, pour moi un retour aux sources, une spéléo qui sort de notre pratique habituelle, des spéléos tourangeaux très sympas et accueillants.

 

Ci-dessous le compte rendu de François G réalisé pour son club :

 

CARRIERES DE LA GRANDE BRETECHE

Cave de l’Aumônerie :

Visite de la cave, rien d’anormal à signaler. Pas de blocs ou écailles tombées au sol.

Cave sous Saint-Joseph :

Visite de la cave, rien d’anormal à signaler. Pas de blocs ou écailles tombées au sol.

Cave sous escaliers :

Visite de la cave et de la carrière, rien d’anormal à signaler. Les deux tessons de porcelaine placés en mars 2008 dans deux fissures différentes, comme témoin de fortune (N°1 le premier en allant vers le fond, N°2 le second) n’ont pas bougé. Dans l’amorce de galerie située à droite de l’allée principale, le fissuromètre N°10 mis en place le 11 juin 2010 n’a pas évolué. Dans cette partie de galerie comportant un pilier central sans assise, la portée de la voûte est en moyenne de 18 m. Le géologue intervenu le 13 juillet 2010 a préconisé un confortement à ce niveau, la topographie détaillée de cette galerie a été effectuée par le géomètre du Syndicat des Cavités 37.

Allée des Cerisiers :

Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs sur la fissuration de l’enrobé. Pas d’évolutions particulières constatées, les fissures sont partiellement colmatées par des débris végétaux et de l’herbe et sont partiellement cachées par les pétales des fleurs des cerisiers.

Témoins de fissure de la grange :

Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs sur la fissuration. Pas d’évolutions visibles constatées.

Carrière principale :

Contrôle Salle du pilier Sud-Est :

· Rien d’anormal à signaler. Pas d’écailles tombées au sol.

· Réalisation de photos pour réaliser des comparatifs. Rien d’anormal à signaler.

· Présence d’un petit rhinolophe.

Trémies N°1 et N°2 : Pas de blocs ou écailles tombées au sol.

Contrôles témoins de fissure :

F 23 : Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs. Rien d’anormal à signaler sur deux ans.

F 41 : Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs. Sur les deux dernières années les évolutions du phénomène de cisaillement et d’écartement qui affectent ce fissuromètre ne dépassent pas les 2/10ème de mm. La longueur de la fissure où se situe le fissuromètre mesure environ 9,50m, elle se ramifie ensuite.

F 53 : Réalisation de photos pour effectuer des comparatifs. Rien d’anormal à signaler sur deux ans.

Niveau d’eau en front de taille : niveau assez bas = 37 cm (tendance à la remontée)


21/12/2013
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :